Dans tout système septique dont le principe repose sur un traitement de l’eau usée et une infiltration dans un sol, une biomasse se développe au niveau du site de traitement.

 

Bien que pour certains systèmes, cette biomasse puisse être signe d’un futur dysfonctionnement, ce n’est pas le cas pour toutes les technologies, et celle-ci est généralement essentielle au bon fonctionnement du système.

 

Dans le cas d’une solution System O)), on retrouve différentes composantes qui effectuent le traitement : les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites Advanced Enviro))Septic (AES), le sable filtrant, puis la biomasse établie sous les conduites, particulièrement à l’intérieur du sable filtrant, appelée « biomat ».

Biomass Bactérie de champ épuration
La biomasse sous un système installé en 2003, inspecté en 2020, est bien équilibrée.

la biomasse à l’intérieur et autour des conduites

Les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites AES effectuent le premier traitement. L’importance de ce traitement est cependant fonction du temps de rétention de l’eau, celui-ci étant dicté par la granulométrie du sable filtrant et par le biomat.

le sable filtrant

le sable filtrant est idéal pour la fixation de microorganismes par la très grande surface de contact qu’il procure. Étant donnée sa profondeur dans le sol, l’apport en oxygène est généralement moindre, faisant en sorte qu’on se retrouve majoritairement en milieu anaérobie.

 

Des bactéries anaérobies peuvent s’établir et se développer, ce qui permet un second type de traitement de l’eau. Cet établissement de bactéries anaérobies dans le sable est connu sous le nom de biomat.

le biomat

Plus le biomat se développe, plus la porosité du sable diminue, augmentant non seulement le temps de rétention de l’eau à l’intérieur des conduites, ce qui rend plus efficace le premier traitement aérobie, mais aussi la filtration de polluants. Cette amélioration du traitement dans les conduites est primordiale puisqu’elle résulte en une réduction de la quantité de polluants qui se rendent jusqu’au biomat.

 

Pour la majorité des systèmes conventionnels, c’est la surcroissance du biomat qui vient annoncer la fin de vie des éléments épurateurs, par la colmatation complète du sol récepteur. Cette surcroissance est d’ailleurs provoquée par l’absence de traitement des eaux avant leur écoulement dans le sol ainsi que l’absence de conditions aérobies.

Comment le biomat est contrôlé?

Plusieurs processus – dont l’alternance de conditions respiratoires, l’aération constante et les périodes de repos – font en sort qu’un équilibre du biomat sous les conduites AES est éventuellement atteint. Un traitement optimal est obtenu, sans dégénérescence avec le temps.

 

Vous pouvez en lire plus dans le DBO))Clic – Les boues.

en conclusion

Différents composants d’une solution System O)) sont responsables du traitement de l’eau, dont les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites Advanced Enviro))Septic, le sable filtrant, et le biomat.

 

Chacun de ses composants joue un rôle particulier, et ensemble, forment une combinaison idéale pour le traitement passif de l’eau. Il est important de garder en tête que la biomasse peut être contrôlée et qu’elle est nécessaire au bon fonctionnement des solutions System O)) – et du même coup – pour préserver l’équilibre de la nature.

 

Pour une explication plus approfondie, vous pouvez accéder au document technique à ce sujet ci-dessous.

Laisser un commentaire